Web
Analytics Made Easy - StatCounter
Jeûne intermittent

Jeûne Intermittent (Fasting) – Avis, 9 Bienfaits Et 10 Méthodes

Chaque semaine, je reçois plusieurs emails de personnes qui qualifient d’absurde mon conseil de sauter le petit-déjeuner de temps en temps. Selon elles, cette pratique nuit à la santé et représente une occasion manquée d’accélérer son métabolisme.

Dans cet article, vous découvrirez que la recherche scientifique réfute ces croyances. Vous pourriez être étonné des innombrables bienfaits du jeûne intermittent (ou fasting).

Voici notamment ce que vous y apprendrez :

  • Ce qu’est le jeûne intermittent ou fasting
  • En quoi le jeûne intermittent peut vous aider à maigrir
  • Les 9 bienfaits du fasting
  • Comment commencer à pratiquer le jeûne intermittent
  • 10 méthodes de jeûne intermittent

Qu’est-ce que le jeûne intermittent ?

Le jeûne intermittent ou fasting n’est pas un régime. Il ne prescrit pas que manger, mais quand manger. Il s’agit de jeûner délibérément pendant certaines périodes et de ne manger qu’à certains moments de la journée. La période de jeûne dure toujours plus longtemps que la période durant laquelle vous pouvez manger.

Jeûne intermittent Définition

En plus de vous aider à perdre du poids, le jeûne intermittent présente des bienfaits pour votre corps et votre cerveau. Il peut même vous aider à vivre plus longtemps ! (source, source, source)

De nombreux bienfaits du jeûne intermittent s’expliquent par l’augmentation de la production d’hormone de croissance humaine (Human Growth Hormone – hGH) et par l’amélioration de la sensibilité à l’insuline (source, source).

Quelle que soit la méthode élue, la journée ou la semaine est divisée en périodes de jeûne et en périodes d’alimentation.

Cliquez ici pour vous rendre directement aux 10 méthodes de jeûne intermittent.

Quand elles entendent parler du jeûne intermittent pour la première fois, de nombreuses personnes ne saisissent pas bien le concept ou n’y croient pas. Cela va contre ce qu’elles ont toujours entendu dire :

  • Perdre du poids est plus difficile quand on ne prend pas de petit-déjeuner, indispensable pour enclencher le métabolisme
  • Il faut manger de 5 à 6 petits repas par jour pour que le métabolisme continue à travailler et ne ralentisse pas
  • Si vous ne mangez pas, votre corps puisera dans les protéines et vous perdrez de la masse musculaire
  • Si vous jeûnez, votre corps passera en mode survie/économie

Le fait est que toutes ces affirmations ne sont que des mythes tenaces. Examinons-les une par une pour démêler le vrai du faux.

Mythe nº1 : Le petit-déjeuner enclenche le métabolisme

Ce mythe est si tenace que de nombreuses personnes, entreprises et institutions affirment que le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée.

Par exemple, le site du Programme National Nutrition Santé décourage fortement de s’en passer et nombreux sont les industriels qui vendent leurs produits « pour démarrer la journée du non pied ».

On peut s’imaginer que les fabricants de céréales de petit-déjeuner, de margarine ou de pâte à tartiner ne seront pas franchement ravis si les gens se mettent à sauter le petit-déjeuner. Ils ont plutôt intérêt à ce que nous mangions aussi souvent que possible.

À force d’entendre quelque chose, on finit par y croire et on ne pense pas à rechercher l’existence de preuves. Mais comme je suis entêté, j’ai mené mon enquête pour savoir si les affirmations au sujet du petit-déjeuner sont fondées.

En conclusion, sauter le petit-déjeuner ne ralentit pas le métabolisme. Sauter le petit-déjeuner ne vous fera pas prendre du poids.

Mythe 2 : Il faut manger 5 ou 6 repas par jour

Manger régulièrement

Selon ce mythe, il faut manger 5 ou 6 repas par jour pour faire travailler le métabolisme de façon continue. Cela consiste à prendre trois repas principaux et deux en-cas.

Manger toutes les quelques heures est censé empêcher le ralentissement du métabolisme.

De nombreux diététiciens conseillent ainsi de manger fréquemment, par petites portions.

Il n’existe cependant aucune preuve scientifique que manger 5-6 repas par jour augmente ou maintienne la vitesse du métabolisme. À vrai dire, la fréquence des repas n’a aucun effet sur le métabolisme.

On brûle autant de calories que l’on mange en 2 ou 3 fois par jour ou que l’on mange en 5 ou 6 fois par jour (source).

Le seul argument en faveur de petites prises alimentaires fréquentes pourrait être qu’elles empêchent d’avoir faim (ce à quoi on peut objecter que l’on n’est jamais vraiment rassasié parce que l’on ne mange que de petites portions).

Ce qui en revanche est prouvé, c’est que manger souvent par petites portions réduit la sensibilité à l’insuline, ce qui favorise le développement de la graisse abdominale (source).

Mythe 3 : Il faut manger souvent pour ne pas perdre de masse musculaire

Musculation Tupperware

Vous avez peut-être remarqué que certains bodybuilders emportent partout leur Tupperware plein de blanc de poulet et de légumes.

Ces bodybuilders veulent pouvoir manger leurs protéines toutes les quelques heures parce qu’ils craignent de perdre de leur masse musculaire.

Si vous n’êtes pas dans le milieu culturiste, vous avez certainement moins de pression par rapport à votre masse musculaire. Ceci dit, la masse musculaire est importante pour tout le monde. En effet, la quantité de masse musculaire que vous avez détermine votre métabolisme au repos.

Si vous perdez en masse musculaire, votre métabolisme au repos ralentira et vous prendrez du poids plus rapidement. De nombreuses personnes (pas seulement les culturistes) ont donc peur de perdre du muscle.

Musculation Schwarzenegger

La peur de perdre en masse musculaire est tout à fait compréhensible. Cependant, la peur de perdre sa musculature si l’on ne mange pas pendant quelques heures n’a aucun fondement.

Le corps stocke de la graisse pour l’utiliser comme source d’énergie une fois la digestion terminée.

Il est illogique de penser que si vous ne mangez pas, votre corps puisera dans la masse musculaire plutôt que dans la masse graisseuse. Ce n’est pas comme ça que le corps fonctionne.

Pour les bodybuilders, le jeûne intermittent ne présente que de grands avantages. Cela s’explique par la production d’hormone de croissance. Cliquez ici pour en savoir plus sur le jeûne et la musculation.

Mythe 4 : Quand on jeûne, le corps passe en mode économie

Alimentation paléo homme moderne

Les hommes préhistoriques traversaient régulièrement des périodes pendant lesquelles jeûner était une nécessité. Par exemple, quand on rentrait bredouille de la chasse et qu’il n’y avait rien de comestible dans les parages.

Du point de vue de l’évolution, notre corps est muni d’un « mode d’économie d’énergie ». Ce mode permet au corps de ralentir le métabolisme.

Ce ralentissement du métabolisme permet d’économiser les réserves de graisse, ce qui augmente nos chances de trouver quelque chose de comestible avant de mourir de faim.

Si vous voulez perdre du poids, il est logique de vouloir empêcher votre corps d’entrer en mode économie. Cependant, contrairement à une idée largement répandue, le corps ne passe pas en mode économie du seul fait de sauter un repas.

Mode économie jeûne

Le corps n’entre en mode économie d’énergie qu’après 60 heures sans rien manger (source). Dans tous les cas, vous pouvez passer deux jours et demi sans manger avant que votre métabolisme ne ralentisse.

Passons maintenant aux choses intéressantes : avant que votre corps ne passe en mode économie, on constate bel et bien une augmentation du métabolisme. Une augmentation qui peut d’ailleurs atteindre 14 % (source, source).

Quand n’avez rien à manger, votre corps se met d’abord à fabriquer des hormones qui vous rendent plus actif et vous donnent envie de bouger. Cette caractéristique augmentait les chances de survie des hommes préhistoriques. Grâce à cela, les hommes partaient à la recherche de nourriture ou allaient chasser.

Voilà donc réfutés les principaux mythes relatifs au jeûne intermittent. Bien sûr, cela ne prouve en rien que le jeûne intermittent permet de perdre du poids ou qu’il est bon pour la santé. Ceci est pour plus tard.

Le jeûne intermittent : un effet de mode ?

Mode jeûne intermittent

Au cours des dernières années, le jeûne intermittent s’est converti en véritable mode. Ce qui est sûr, c’est que pour le monde du fitness et de la musculation, le régime fasting est la meilleure façon de perdre de la graisse et de stimuler la croissance musculaire.

Pourtant, le jeûne n’a rien de nouveau. À vrai dire, il s’agit d’une façon normale de s’alimenter pour notre corps. Au cours de ces dernières décennies, nous nous sommes mis à bouger de moins en moins et la nourriture est devenue disponible partout, tout le temps. Nous en avons « désappris » le jeûne.

Dans le passé, la plupart des gens avaient un travail physique. Aujourd’hui, la plupart d’entre nous travaillent dans le secteur des services, assis devant un bureau.

Distributeurs automatiques

Quant à la nourriture, elle est disponible 24 heures sur 24, où que l’on soit.

Vous trouverez toujours de quoi manger dans les distributeurs automatiques des gares, dans les stations-services ouvertes 24h/24, et si vous habitez dans une grande ville, dans les magasins ouverts la nuit. Nous ne sommes jamais contraints à avoir faim.

Manger dans la rue est devenu chose normale. Il suffit de jeter un œil au nombre de personnes en train de manger dans n’importe quelle rue commerçante animée. Au début du siècle dernier, ceci était simplement impensable. On ne mangeait que chez soi.

À cause du manque d’activité physique et de l’abondance de nourriture, la résistance à l’insuline est devenue un énorme problème de santé publique. Selon un grand nombre de médecins, la résistance à l’insuline est la base de nombreux problèmes de santé tels que le diabète de type 2.

Chasseur cueilleur

Notre mode de vie moderne ne correspond pas du tout à nos gènes, lesquels sont adaptés au mode d’alimentation et au mode de vie que nous connaissions à la fin du Paléolithique (il y a 50 000-10 000 ans).

À la fin de l’ère paléolithique, nous nous sommes développés pour survivre dans un environnement marqué par de grandes fluctuations entre les périodes de disponibilité alimentaire et les périodes de jeûne forcé.

On pense que ces fluctuations nous sont encore nécessaires pour un métabolisme optimal. Le jeûne intermittent consiste à imiter la façon dont nos lointains ancêtres s’alimentaient.

Homme paléolithique

Une hypothèse est que les hommes préhistoriques ne mangeaient pas le matin. Ils devaient d’abord aller chasser pour attraper de quoi manger ou trouver des aliments comestibles d’origine végétale.

On suppose qu’ils ne revenaient de la chasse qu’en fin d’après-midi, après quoi ils mangeaient ensemble.

On retrouve ce modèle alimentaire dans les formes de jeûne intermittent qui consistent à sauter le petit-déjeuner et ne à manger le premier repas de la journée qu’en fin d’après-midi.

On associe parfois ce type de jeûne à une séance d’activité physique en fin de période de jeûne, laquelle simule la chasse.

Une autre supposition est qu’à l’époque préhistorique, les hommes revenaient souvent bredouille de la chasse, de sorte qu’il leur fallait parfois passer plusieurs jours sans manger en attendant que la chasse soit bonne.

Il existe des méthodes de jeûne intermittent qui imitent ce modèle alimentaire. Ces méthodes consistent à ne pas manger pendant un ou deux jours de la semaine et à manger normalement le reste de la semaine.

Il existe un régime alimentaire basé sur l’alimentation des hommes préhistoriques : le régime paléo. Le régime paléo consiste à manger les mêmes aliments que les hommes préhistoriques tandis qu’avec le jeûne intermittent, il s’agit de manger avec la même fréquence que les hommes préhistoriques.

Le jeûne intermittent ne prescrit pas d’aliments spécifiques mais il est conseillé de manger aussi sain que possible.

Vous imaginez bien que vous serez bien avancé si une fois votre période de jeûne terminé, vous foncez commander un kebab-frites arrosé d’un milkshake.

Dans certaines cultures, le jeûne est une pratique normale. Il suffit de penser au ramadan, une période d’un mois pendant laquelle les musulmans du monde entier jeûnent entre le lever et le coucher du soleil.

Le jeûne intermittent pour maigrir

Courbe perte poids régime fasting

Le jeûne intermittent est très efficace pour maigrir (source, source, source).

Par ailleurs, le régime  fasting est facile à mettre en place et facile à tenir (source).

Des recherches récentes ont montré que le jeûne intermittent permet de perdre de la masse graisseuse plus efficacement qu’avec un régime basé sur une grande restriction calorique (source).

La perte de poids obtenue au moyen du jeûne intermittent peut s’expliquer par le fait que l’on consomme moins de calories quand on saute un ou plusieurs repas. Mais il ne s’agit là que d’un aspect du jeûne intermittent.

En effet, le jeûne intermittent entraîne une perte de poids même si l’on continue à consommer le même nombre de calories. Par exemple, quand on remplace ses 3 repas habituels par 1 ou 2 gros repas.

Ceci s’explique par des changements hormonaux et une meilleure sensibilité à l’insuline. Voici d’importantes hormones qui jouent un grand rôle dans le jeûne intermittent :

  1. L’hormone de croissance humaine
  2. L’insuline
  3. La noradrénaline

Hormone 1 : L’hormone de croissance humaine

Croissance musculaire hormone de croissance

Le jeûne entraîne une augmentation de l’hormone de croissance humaine pouvant atteindre 500 % (source, source).

Selon une autre étude, l’hormone de croissance humaine peut même augmenter de 2 000 % chez les hommes et de 1 300 % chez les femmes après une période de jeûne de 24 heures ou plus (source).

L’hormone de croissance humaine favorise la perte de graisse corporelle (source, source).

En plus de favoriser la combustion des graisses, une augmentation de l’hormone de croissance humaine contribue au maintien de la masse musculaire (source, source).

Hormone 2 : L’insuline

Insuline

L’insuline est l’une des hormones les plus puissantes de notre corps. Elle joue un rôle important dans notre métabolisme.

L’insuline est nécessaire pour l’absorption du glucose sanguin. Elle indique au corps quand il doit stocker des graisses et quand il doit arrêter de brûler les graisses.

En cas de taux d’insuline chroniquement trop élevés, perdre du poids est très difficile. Le corps reçoit alors en continu le signal qu’il doit stocker de la graisse.

Il existe un rapport évident entre un taux d’insuline chronique et le surpoids / l’obésité (source,source, source).

Il existe deux manières de diminuer votre insuline, et donc de favoriser la combustion des graisses : suivre un régime pauvre en glucides ou pratiquer le jeûne intermittent (source, source).

Hormone 3 : La noradrénaline

chasse

La noradrénaline est une hormone du stress. Son rôle est de rendre plus alerte et son effet est similaire à celui de l’adrénaline.

Si vous passez un jour ou plus sans manger, votre corps se met à produire de la noradrénaline (source, source). En termes d’évolution, cette production de noradrénaline était nécessaire pour assurer que nous partions à la recherche de nourriture / à la chasse.

Un effet de la noradrénaline est de donner au corps le signal de libérer des acides gras des cellules adipeuses, destinés à être utilisés comme source d’énergie.

La noradrénaline peut entraîner une hausse du métabolisme atteignant 14 % (source).

Les effets du jeûne intermittent sur la santé

En plus de permettre la perte de poids, le jeûne intermittent présente un certain nombre de bienfaits pour la santé.

Bienfait santé n°1 : Perte de poids et de graisse abdominale

Votre poids joue un grand rôle dans votre santé (source). Vous voulez savoir si vous êtes à un poids santé ? Une manière de le savoir est de calculer votre IMC.

Le jeûne intermittent est idéal pour se débarrasser de ses kilos en trop (source). C’est parce qu’il permet d’induire une balance énergétique négative importante.

Calories consommées

D’une part, sauter un ou plusieurs repas permet de diminuer le nombre de calories que vous consommez.

Calories dépensées

D’autre part, vous brûlez plus de calories grâce à une accélération de votre métabolisme pouvant atteindre 14 % (source, source).

Le jeûne intermittent vous permettra de réduire considérablement votre taux d’insuline (source). Un atout si vous voulez perdre du poids ou encore prévenir le diabète de type 2.

Une étude montre que vous pouvez perdre de 3 % à 8 % de votre poids sur une période de 3 à 24 semaines (source). Cette même étude a révélé une diminution du tour de taille des participants de 4 % à 7 %, ce qui indique une perte de graisse abdominale

Bienfait santé nº2 : Réparation des cellules et des gènes

Quand on mange souvent, le corps a continuellement besoin d’énergie pour la digestion.

Lors du jeûne, le corps peut concentrer son énergie sur d’autres tâches et ainsi œuvrer à la restauration cellulaire en éliminant les déchets présents dans les cellules (source).

La recherche met en lumière l’impact positif du jeûne sur différents gènes et molécules impliqués dans la longévité et la protection contre les maladies (source, source).

Bienfaits santé n°3 : Réduction du stress oxydatif et effet anti-inflammatoire

L'inflammation

Le stress oxydatif est l’un des facteurs responsables du processus de vieillissement et de nombreuses maladies chroniques (source). Les radicaux libres endommagent toutes les parties de la cellule, dont l’ADN, les protéines et les lipides (source).

Le stress oxydatif est souvent le résultat de l’obésité, de l’hypoglycémie, du tabagisme et de la consommation excessive d’alcool. Les médicaments, l’exercice physique intense et l’exposition solaire excessive peuvent également être à l’origine du stress oxydatif.

Le jeûne intermittent améliore la résistance de l’organisme au stress oxydatif (source, source).

En outre, le jeûne intermittent permet de réduire l’inflammation, elle aussi à la base de nombreuses maladies chroniques (source, source, source).

Bienfait santé n°4 : Réduction du risque de diabète de type 2

Les organismes de santé considèrent le diabète de type 2 comme une pandémie d’une grande menace pour la santé publique au XXIe siècle (source, source, source).

Chaque année, 1,5 million de personnes dans le monde meurent des conséquences du diabète de type 2.

L’augmentation de la glycémie et de la résistance à l’insuline contribuent de façon significative au développement du diabète de type 2.

Pratiquer le jeûne intermittent peut réduire vos risques de diabète de type 2.

Ceci parce le jeûne intermittent permet de diminuer à la fois la glycémie et la résistance à l’insuline (source).

Bienfaits santé n°5 : Réduction des risques de cancer et de la maladie d’Alzheimer

Cerveau Alzheimer

Il arrive parfois aux cellules de tomber en panne, un peu à la manière des composants d’un ordinateur. Les cellules sont capables de dégrader es parties endommagées et de les recycler elles-mêmes. Ce processus s’appelle l’autophagie.

Jeûner permet d’enclencher le processus d’autophagie, à travers lequel les cellules endommagées peuvent se réparer (source, source).

Stimuler l’autophagie permet une protection accrue contre diverses maladies comme le cancer et la maladie d’Alzheimer (source, source).

Bien que davantage de recherches sur les humains sont nécessaires, les études menées sur les animaux révèlent que le jeûne intermittent peut prévenir le cancer (source, source, source, source).

Une étude non exhaustive auprès de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer a montré une amélioration des symptômes lors de la pratique du jeûne (source).

Bienfait santé nº6 : Réduction du risque de maladie cardiovasculaire

maladies cardiovasculaires

Une pression artérielle élevée, un taux de cholestérol LDL élevé, des triglycérides élevés, une inflammation accrue et une augmentation de la glycémie ont en commun d’augmenter le risque de maladie cardiovasculaire.

Grâce au jeûne intermittent, on peut contrôler tous ces facteurs de risque (source, source, source, source).

Bienfait santé n°7 : Amélioration des fonctions cérébrales

Le jeûne intermittent peut favoriser la croissance de nouvelles cellules nerveuses, bénéfique aux fonctions cérébrales (source, source).

Le jeûne intermittent favorise également la production de Facteur neurotrophique dérivé du cerveau, aussi connu sous le nom de BDNF (Brain-derived neurotrophic factor) (source, source, source).

Le BDNF est important pour la formation de nouvelles synapses, pour la mémoire et l’apprentissage.

Bienfait santé n°8 : Effets antivieillissement

En raison de ses effets antivieillissement, le jeûne intermittent est également populaire parmi ceux qui font tout pour vivre aussi longtemps que possible.

On a constaté des résultats spectaculaires chez les rats soumis au jeûne tous les deux jours. Soumis au jeûne tous les deux jours, les rats vivent 83 % plus longtemps (source).

Il est prouvé qu’une restriction calorique est une méthode efficace pour augmenter la durée de vie. Des études (menées sur des rats) montrent des résultats aussi positifs avec le jeûne intermittent qu’avec une restriction calorique (source, source).

L’efficacité du jeûne intermittent pour prolonger la durée de vie de l’être humain n’a pas encore été prouvée. Cependant, l’influence positive du jeûne sur tous les marqueurs de santé (tels que le cholestérol, l’inflammation, le stress oxydatif) et les tests sur les animaux vont dans ce sens.

Bienfait santé n°9 : Plus d’endurance et une récupération plus rapide

Chez les hommes, jeûner peut augmenter le taux d’hormone de croissance humaine (hGH) de 2 000 % et chez les femmes, de 1 300 % (source).

Une sécrétion accrue de l’hormone de croissance humaine conduit à une plus grande endurance et à une meilleure récupération post-exercice.

Comment se mettre au jeûne intermittent ?

La meilleure façon de débuter le jeûne intermittent dépend de votre condition de départ.

Vous avez peut-être déjà lu un tas de choses sur le jeûne intermittent et vous avez hâte de suivre les méthodes des gourous du fitness. Vous voulez des résultats rapidement.

Il existe une méthode populaire qui consiste en 20 heures de jeûne et une fenêtre de 4 heures pour manger. Une session d’entraînement fractionné (HIIT) est prévue à la fin de la période de jeûne.

Dites-vous bien que commencer ce type de jeûne n’est pas une bonne idée si vous avez l’habitude de manger 6 fois par jour et ne pratiquez pas d’activité physique.

Votre sensibilité à l’insuline est encore trop faible pour cela. Vous vous sentirez très mal en fin de période de jeûne car vous serez en hypoglycémie.

On peut reconnaître une hypoglycémie aux symptômes suivants :

  • Vertige
  • Maux de tête
  • Vision double ou brouillée
  • Confusion
  • Irritabilité
  • Faim
  • Bâillements
  • Transpiration
  • Palpitations
  • Tremblements
  • Agitation

Si votre glycémie est vraiment trop basse, vous pouvez perdre conscience ou même tomber dans le coma. Vous n’avez cependant pas à vous inquiéter, car en général, cela ne se produit que chez les diabétiques qui ont besoin d’injections d’insuline.

hypoglycémie pendant le sport

Si vous ne faites jamais de sport et que vous mettez directement à combiner jeûne intermittent et activité physique à jeun, vous vous sentirez si mal que vous vous demanderez si vous êtes vraiment fait pour le jeûne intermittent.

Si vous faites déjà du sport de façon habituelle et que vous êtes accoutumé à une alimentation pauvre en glucides, il vous sera beaucoup plus facile de passer au jeûne intermittent d’un coup.

Il faut laisser votre corps s’habituer au jeûne progressivement. Pour cela, il faut préparer la période de jeûne petit à petit.

Si vous avez l’habitude de manger souvent (5 à 6 fois par jour), sinon quoi vous ne vous sentez pas bien, il est probable que vous ayez une faible sensibilité à l’insuline ainsi que des taux de glycémie et d’insuline élevés.

Il vaut alors mieux préparer le jeûne intermittent et le préparer lentement.

Feuille de route de jeûne intermittent pour « débutants » :

  • Semaine 1 : Arrêtez de consommer des sucres et des glucides raffinés pour ramener votre glycémie et votre insuline à des taux normaux.
  • Semaine 3 : Passez de 6 à 5 repas par jour
  • Semaine 4 : Passez de 5 à 4 repas par jour
  • Semaine 5 : Passez de 4 à 3 repas par jour
  • Dès la semaine 6 : Si vous vous sentez bien à 3 repas par jour, passez à 2 repas par jour

Cette feuille de route est une ligne directrice. Par exemple, si vous passez à 4 repas sans difficulté, vous pouvez passer directement à 3 repas et voir comment votre corps réagit.

Si en revanche une étape s’avère plus difficile, vous pouvez y passer plus de temps.

éviter les céréales

Normalement, vous devriez être capable de passer à l’étape suivante après 2 semaines maximum. Si vous n’y arrivez pas, c’est probablement parce que vous mangez trop de glucides raffinés ou de sucres. Vos taux de glycémie et d’insuline en sont trop perturbés.

Dans ce cas, remplacez une partie de vos glucides par des aliments riches en protéines et en bonnes graisses, et mangez des glucides lents. Les glucides lents se trouvent notamment dans les légumes, les patates douces, les flocons d’avoine, le quinoa et le riz complet.

Quand vous en êtes à deux repas par jour, vous pouvez allonger les périodes de jeûne petit à petit.

Votre temps de sommeil compte dans votre période de jeûne. Pour pouvoir jeûner pendant une longue période, on saute généralement le petit-déjeuner.

Jeûne intermittent

Supposons que vous dînez à 19h et ne mangez pas de collation ensuite. Le lendemain matin, vous sautez le petit-déjeuner et attendez 13h pour déjeuner. Vous avez alors jeûné 18 heures, la seule chose à faire étant de sauter le petit-déjeuner.

Si vous débutez le jeûne intermittent, mieux vaut aller au gymnase pendant votre fenêtre d’alimentation, quelques heures après votre dernier repas. Votre corps est alors pourvu d’assez de glucose et de glycogène pour pouvoir faire du sport confortablement.

Au bout d’un moment, vous pourrez aller faire du sport pendant la période de jeûne pour profiter au maximum du jeûne intermittent. Le mieux est de vous y mettre une fois habitué au jeûne et au sport.

exercice intensif

Le meilleur moment pour faire du sport est la fin de la période de jeûne. C’est à ce moment-là que l’hormone de croissance humaine est à son niveau le plus haut.

Vous pouvez planifier votre séance de sport de sorte à pouvoir manger juste après. Ce n’est pas une nécessité mais vous apprécierez certainement de pouvoir manger car vous aurez faim après votre séance. Bien sûr, il faudra également vous organiser en fonction de votre emploi du temps.

Certaines personnes s’entraînent le matin et ne mangent qu’au déjeuner ou au dîner. Cela n’est cependant pas facile pour tout le monde.

Si vous voulez vraiment brûler de la graisse, vous obtiendrez de meilleurs résultats si vous attendez quelques heures pour manger après votre entraînement.

Le sport ayant épuisé toutes vos réserves de glycogène, vous profiterez d’une combustion des graisses optimale pendant quelques heures de plus.

Méthodes de jeûne intermittent

méthode régime casting

Il existe différentes méthodes de jeûne intermittent.

Il n’y a pas vraiment de bonne ou de mauvaise méthode : l’important est de respecter les directives ci-dessous. La méthode la plus appropriée varie d’une personne à l’autre. Elle dépend de votre personnalité, de la façon dont vos journées se déroulent, et de vos objectifs.

Par exemple, une certaine méthode conviendra mieux à un culturiste qui veut développer sa musculature et qui doit s’entraîner dur qu’à quelqu’un dont l’objectif est de perdre de la bedaine.

Quand vous pratiquez le jeûne intermittent, vous devez toujours vous assurer de jeûner pendant au moins 12 heures consécutives.

Ce n’est qu’après 12 heures que les réserves de glycogène (l’énergie issue des glucides/sucres) s’épuisent et que votre corps se met à brûler des graisses. Le moment auquel vos réserves de glycogène s’épuisent dépend de votre mode de vie.

perdre du ventre

Dans tous les cas, il vaut mieux profiter de la combustion des graisses pendant quelques heures, et étendre par exemple le jeûne jusqu’à 16 heures, voire plus. Vous profitez ainsi d’une combustion des graisses optimale pendant 4 heures ou plus.

Pendant la période de jeûne, il est important de ne consommer aucun aliment et aucune boisson contenant des glucides ou des protéines. Ceux-ci provoquent une réaction métabolique qui entraîne l’augmentation de la glycémie et la production d’insuline.

Si, par exemple, vous mangez un petit cracker en douce pendant la matinée, vous brisez la période de jeûne et l’effet de tout votre cycle de jeûne en sera beaucoup plus limité.

La seule chose que vous pouvez manger, éventuellement, est de la graisse pure. Les lipides n’entraînent en effet aucune réaction métabolique. L’huile de noix de coco convient très bien pour cela.

Huile de noix de coco

L’huile de noix de coco contient des acides gras à chaîne moyenne (TCM). Ces acides gras sont directement absorbés par les intestins, après quoi ils vont directement vers le foie, transportés par le sang.

Dans le foie, ces acides gras sont immédiatement disponibles sous forme d’énergie sans que cela n’ait aucun effet sur la glycémie et donc sur la production d’insuline.

Pendant, la période de jeûne, il est nécessaire de boire assez et de façon régulière. Optez pour de l’eau, du thé vert ou du café noir.

éliminer boissons light

Éliminez les édulcorants artificiels. Ceux-ci sont notamment présents dans les boissons light. Les recherches n’ont pas encore apporté de réponse définitive à la question de savoir si les édulcorants provoquent une réaction métabolique entraînant la production d’insuline mais cela est plausible (à cela s’ajoute que nous ne savons pratiquement rien des effets à long terme des édulcorants). N’ajoutez pas de lait dans votre café, car il contient du lactose (sucre présent dans le lait).

Beaucoup ne jurent que sur le café noir pour démarrer la journée. La caféine élève le métabolisme de 3 à 11 % (source, source).

Pendant la période de jeûne, certains boivent du café bulletproof (littéralement café « pare-balles ») pour le petit-déjeuner. Il s’agit de café dans lequel on dissout une cuillère de beurre et de l’huile de noix de coco. Ces lipides donnent de l’énergie sans susciter de réponse métabolique.

Remarque : Bien entendu, ces graisses représentent un certain nombre de calories qui réduisent le déficit énergétique.

Méthode de jeûne intermittent n°1 : 16/8

jeune 16/8

La méthode 16/8 est populaire parce qu’elle est simple à incorporer à son quotidien et permet de garder une vie sociale normale.

Avec cette méthode, vous jeûnez pendant 16 heures consécutives, après quoi vous disposez d’une fenêtre de 8 heures pour manger.

En principe, vous répétez ce cycle tous les jours de la semaine, mais bien sûr, libre à vous de l’abandonner le week-end, par exemple.

déjeuner entre collègues

Pour pratiquer la méthode 16/8, il vous suffit de sauter le petit-déjeuner. Vous pouvez déjeuner avec vos collègues et dîner avec votre famille, comme d’habitude.

Imaginons que vous finissez de dîner avant 20 heures. Vous sautez le petit-déjeuner le lendemain matin et rompez le jeûne entre midi et 13h. Vous avez alors jeûné pendant 16 heures.

Après le déjeuner, vous pouvez vous attendre le dîner pour manger, ou si besoin, prendre une collation dans l’après-midi.

déjeuner au travail

Cette méthode prévoit 2 voire 3 prises alimentaires par jour. L’intention n’est pas de prendre une collation toutes les heures parce que c’est votre période d’alimentation.

Vous êtes libre d’adapter cette méthode selon vos préférences.

Imaginons que vous déjeunez tous les jours avec vos collègues et que vous ne rentrez pas chez vous avant 21h pour le dîner. Dans ce cas, vous pouvez passer au jeûne intermittent 15/9, lequel consiste à alterner des périodes de jeûne de 15 heures avec des fenêtres d’alimentation de 9 heures.

Vous pouvez ajuster ces périodes aux heures auxquelles vous mangez. Peut-être préférez-vous manger entre 10h et 18h ou entre 6h et 14h.

Le jeûne intermittent 16/8 est une méthode qui convient bien aux débutants. Une idée est de commencer par 12 heures de jeûne, puis ajouter une heure chaque semaine jusqu’à atteindre 16 heures de jeûne consécutives.

Méthode de jeûne intermittent n°2 : 24 heures de jeûne

jeûne intermittent 24 heures

Cette méthode consiste à jeûner une ou deux fois par semaine pendant une période de 24 heures consécutives. Par exemple, si vous dînez à 19h le lundi, votre prochaine prise alimentaire a lieu le mardi à 19h.

Vous pouvez également choisir de jeûner d’un petit-déjeuner à l’autre ou d’un déjeuner à l’autre. Choisissez ce qui vous convient le mieux : l’effet est le même.

Si vous appliquez cette méthode pour perdre du poids, il est important de ne pas manger plus que d’habitude.

Si vous n’avez pas l’habitude de pratiquer le jeûne, vous aurez du mal à jeûner pendant 24 heures d’emblée. Mieux vaut commencer par une période de jeûne de 14 à 16 heures, puis augmenter progressivement.

Méthode de jeûne intermittent n°3 : Le régime 5:2

Cette méthode consiste à alterner 5 jours d’alimentation normale avec 2 jours de restriction calorique.

Techniquement, il ne s’agit pas vraiment d’une forme de jeûne intermittent.

Les 2 jours de restriction calorique ne doivent pas se suivre. Par exemple, vous pouvez restreindre votre apport calorique le jeudi et le dimanche.

Les jours de jeûne, les hommes doivent consommer 600 kcal et les femmes 500 kcal.

Méthode de jeûne intermittent n°4 : Le régime du guerrier (Warrior diet)

Cette forme de jeûne intermittent est basée sur la façon dont se nourrissaient les hommes préhistoriques.

Régime du guerrier - Warrior diet

Pendant la chasse, les hommes trouvaient probablement des fruits et des légumes, qu’ils cueillaient pour manger.

Il s’agit donc de manger de petites portions de fruits et légumes crus pendant la journée. Puis de manger un seul gros repas au soir, au moment où nos ancêtres retournaient d’une chasse fructueuse, pour ainsi dire.

Le régime du guerrier inclut une fenêtre d’alimentation de 4 heures. Pendant la période de jeûne, vous mangez des fruits et des légumes crus.

Cette forme de jeûne intermittent encourage également d’aligner ses choix alimentaires sur l’alimentation de l’homme préhistorique comme le régime paléo. Ce régime consiste à consommer beaucoup de viande mais pas de céréales, de produits laitiers et de produits alimentaires transformés.

Méthode de régime intermittent nº5 : Sauter un repas de temps en temps

Évidemment, jeûner ne requiert pas forcément de suivre une méthode ou un programme. Vous pouvez également sauter un repas de temps en temps, selon votre convenance et votre faim.

Heures supplémentaires

Vous êtes débordé au travail et devez faire des heures supp’ ? Pourquoi vous embêter à commander à manger ? Il vous suffit de sauter le dîner.

Vous vous levez tard et n’avez pas vraiment le temps de prendre le petit-déj ? Sautez le petit-déjeuner et attendez midi pour manger.

C’est l’heure du dîner mais vous n’avez pas faim ? Pourquoi ne pas sauter le dîner ?

Cette « méthode » consiste à ne manger que quand on a faim et non pas en fonction de l’heure qu’il est, comme on en a l’habitude.

L’inconvénient de cette méthode est que vous pouvez inconsciemment passer une semaine ou plus sans sauter de repas et donc sans jeûner.

Méthode de jeûne Intermittent nº6 : Un jour sur deux

On and Off

Cette méthode consiste à alterner un jour de jeûne avec un jour où vous pouvez manger.

Cette forme de jeûne intermittent fait étrangement l’objet de recherches dans la plupart des études alors que cette méthode n’est pas populaire du tout.

Une variante de ce régime consiste à limiter son apport calorique à 500 kcal le jour de jeûne (soit 1/5 de l’apport calorique journalier normal). Le jour suivant, vous mangez normalement.

La variante la plus extrême de cette méthode consiste à ne rien manger du tout le jour de jeûne, ce que je déconseillerais aux débutants. La plupart des gens auront du mal à observer cette méthode sur une longue période. Ceci dit, il s’agit d’un moyen efficace de perdre beaucoup de poids en peu de temps.

Une fois votre poids cible atteint, vous pouvez passer à une forme de jeûne intermittent plus douce, par exemple, la méthode 16/8. Ceci afin de rester à votre poids cible et de continuer à bénéficier des nombreux avantages pour la santé du régime fasting.

Méthode de jeûne Intermittent n°7 : Le régime Fast-5

Régime Fast 5

Sur une journée, soit 24 heures, vous ne disposez que d’une fenêtre de 5 heures pendant laquelle vous pouvez manger.

Idéalement, cette période se situe en 15h et 20h. Cette préférence découle de l’observation que l’homme préhistorique suivait le même schéma : pendant la journée, il fallait chasser et faire la cueillette et on mangeait en fin d’après-midi, après le retour de la chasse.

Le régime Fast-5 est similaire au régime du guerrier. Avec le Fast-5, vous avez 5 heures pour manger, tandis qu’avec le régime du guerrier vous disposez de 4 heures. Une différence importante, cependant, est que le régime du guerrier autorise à manger des fruits et des légumes crus au cours de la journée et prescrit les aliments à manger.

Méthode de jeûne intermittent n°8 : Un seul repas par jour

One meal a day

Cette méthode de jeûne s’applique jour après jour. Elle consiste à ne prendre qu’un repas par jour. Le reste de la journée, vous devez bien sûr boire régulièrement. La préférence se porte sur les tisanes et/ou l’eau.

Vous l’aurez compris, cette forme de jeûne intermittent est plutôt exigeante. Elle n’est donc pas recommandée aux personnes qui débutent le jeûne.

On notera également que les bodybuilders ont souvent des difficultés à observer cette forme de jeûne intermittent : un seul repas leur suffit rarement pour couvrir leurs besoins en protéines et en glucides. Pour la plupart, il est assez difficile comme ça d’obtenir tous les macronutriments dont ils ont besoin en deux repas.

Méthode de jeûne intermittent n°9 : Le jeûne modéré

Cette méthode consiste à observer un à trois jours de jeûne par semaine. Ces jours de jeûne sont cependant moins stricts par rapport aux autres méthodes. Pendant les jours de jeûne, les aliments et les boissons sont autorisés mais le nombre de calories ingérées reste très bas.

smoothie vert

Dans la plupart des cas, vous ne pouvez boire que des smoothies, par exemple. Mais attention : des smoothies de légumes, pas de fruits !

Avec cette forme de jeûne intermittent, les smoothies provoqueront une légère réaction métabolique. Les légumes contiennent de petites quantités de glucides. Cela signifie que vous ne bénéficierez pas pleinement des changements hormonaux.

Cependant, parce qu’elle occasionne un déficit calorique important, cette méthode peut bien vous faire perdre du poids. Cette méthode est moins favorable pour le développement de la masse musculaire parce qu’elle ne vous permet pas de profiter de la production d’hormone de croissance humaine.

Méthode de jeûne intermittent n°10 : 36 heures de jeûne

Jeûner

Cette forme de jeûne consiste à ne rien manger pendant 36 heures consécutives. Par exemple, vous dînez à 19h le lundi et attendez 7h le mercredi matin pour manger à nouveau. Vous avez alors jeûné pendant 36 heures. Faites ceci une fois par semaine.

Ce programme est efficace pour brûler beaucoup de graisse en peu de temps et ne convient pas aux débutants.

Autres variantes

Les protocoles de jeûne intermittent cités dans cet article sont les plus populaires. Cependant, il existe en principe une infinité de variantes. Par exemple, certaines personnes jeûnent pendant 2 ou 3 jours consécutifs. Tant que vous ne dépassez pas 60 heures de jeûne, vous n’avez pas à craindre que votre métabolisme passe en mode économie.

Choisissez une forme de jeûne intermittent qui correspond à votre emploi du temps et avec laquelle vous vous sentez à l’aise. Vous pouvez adapter votre régime fasting en fonction de vos préférences personnelles et de votre emploi du temps.

Que manger ?

Le jeûne intermittent détermine le moment auquel manger, et non pas la composition de votre régime alimentaire. En principe, vous pouvez donc manger ce que vous voulez.

Cela dit, vous imaginez bien que vous profiterez peu des bienfaits du jeûne intermittent si, après vos périodes de jeûne, vous vous jetez sur des cochonneries.

Junk Food

Comme vous faites moins de repas que d’habitude, il est très important que les aliments que vous mangez soient aussi nutritifs que possible.

Repas sain

J’entends qu’ils doivent être nutritifs du point de vue des macronutriments, mais aussi du point de vue des micronutriments tels que les vitamines, les minéraux et les antioxydants. Ceux-ci devront provenir de 1 ou 2 repas journaliers au lieu de 3 à 6.

Les effets bénéfiques du jeûne intermittent s’expliquent par une baisse du niveau d’insuline (des niveaux d’insuline élevés favorisent le stockage des graisses).

Si vous mangez beaucoup de glucides raffinés et de sucres ajoutés, vos niveaux d’insuline s’élèveront fortement pendant votre période d’alimentation.

Veillez donc à consommer aussi peu de glucides raffinés et de sucres ajoutés que possible.

Ceci vous permettra d’éviter d’important pics d’insuline et votre corps restera dans un mode favorisant la combustion des graisses.

pas de sucres raffinés

Faites tout pour éviter les glucides raffinés et les sucres ajoutés. Ceux-ci rendront votre jeûne plus difficile à tenir.

Ils déclenchent un pic soudain du taux de glycémie, rapidement suivi d’une forte chute à l’origine qui engendre une sensation de faim. Ceci alors que vous n’en êtes qu’au début de votre période de jeûne.

Il est également conseillé de manger beaucoup de crudités ou de légumes à chaque repas. Les fibres contenues dans les légumes permettent d’éviter les augmentation rapides et les pics de glycémie. Elles garantissent également le bon fonctionnement des intestins et un plus grand rassasiement après les repas.

Si vous faites de la musculation, vos repas devront inclure suffisamment de protéines.

Avis sur le jeûne intermittent

Jeûne intermittent - avis

On peut bien sûr compter sur internet pour consulter les avis de personnes qui ont pratiqué le jeûne intermittent. Comment s’est passée leur expérience ? Comment se sont-elles senties ? Ont-elles constaté des résultats ?

Personnellement, je sais que le jeûne intermittent contribue positivement à ma santé, mais c’est toujours agréable d’en avoir confirmation. Voici une petite sélection parmi les nombreux avis et témoignages que j’ai trouvés en ligne :

« …La première semaine a été difficile, mais les gargouillements constants de mon estomac ont rapidement disparu. Je me sens en bien meilleure santé maintenant… »

« …Pendant ma période d’alimentation, je peux maintenant manger de tout sans me sentir coupable… »

« …Comme je ne PEUX pas manger pendant la période de jeûne, je ne pense pas à manger. C’est vraiment reposant… »

« …Mon taux de cholestérol a tellement chuté que je peux arrêter les médicaments… »

« … Je fais un mois de jeûne intermittent pour sécher. Ça marche bien mieux pour moi que toutes les méthodes que j’ai essayées jusqu’à présent… »

« …Je m’entraîne pendant la période de jeûne et assez étonnamment, au lieu de manquer d’énergie, j’en ai bien plus… »

« …Je suis passé de 6 à 2 repas par jour. J’en ai gagné un temps fou… »

« …Depuis que je pratique le jeûne intermittent, je dors mieux et j’ai plus de force et d’énergie toute la journée. I love it… »

Jeûne intermittent et musculation

La masse musculaire maigre est importante pour les culturistes ; en d’autres termes, l’accent est mis sur la combustion des graisses et la croissance musculaire. Le jeûne intermittent subvient à ces deux nécessités.

Croissance musculaire

Testostérone

L’énorme augmentation des taux d’hormone de croissance humaine (jusqu’à 2 000%) agit comme une forme de dopage naturelle.

La testostérone est elle aussi cruciale pour le développement de la masse musculaire.

Une étude a révélé que le jeûne augmente les taux d’hormone lutéinisante de 67 % (source). L’hormone lutéinisante est responsable de la production de testostérone.

Cette même étude a révélé que le jeûne augmente le taux de testostérone de 180 %.

Puisque l’on parle de testostérone, sachez que manger fait baisser le taux de testostérone. Consommer 300 kcal engendre une baisse du taux de testostérone plus de 3 heures après le repas (source, source). Manger une ou deux fois par jour est donc indiqué pour éviter la baisse du taux de testostérone.

Combustion des graisses

La baisse du taux d’insuline transforme le corps en une véritable machine à brûler des graisses (source, source, source).

Macronutriments

Régime prise de masse

Il est essentiel pour les bodybuilders de consommer glucides, protéines et lipides en quantités et en proportions adéquates. Ces proportions dépendent de la phase du cycle d’entraînement dans laquelle vous vous trouvez (sèche ou prise de masse).

En ce qui concerne le jeûne intermittent, rien ne change. Il suffit de consommer vos macronutriments (glucides, protéines et lipides) dans les proportions que vous auriez adoptées normalement. La seule différence est que la fenêtre d’alimentation est plus courte.

Si vous mangez moins que d’habitude, vous courez le risque de ne pas pouvoir développer vos muscles ou que vos séances d’entraînement en souffrent.

La plupart des bodybuilders s’entraînent à la fin de leur période de jeûne, parce que c’est à ce moment-là que leur taux d’hormone de croissance humaine est à son point le plus haut. L’exercice intensif favorise davantage la production d’hormone de croissance humaine

Pour une combustion des graisses optimale, évitez de manger immédiatement après votre entraînement (même si vous avez très faim). À cause de l’exercice, vos réserves de glycogène seront complètement épuisées tandis que vos taux d’hormone de croissance humaine seront au point le plus haut.

Si vous reportez votre repas de quelques heures, vous profiterez d’une combustion des graisses phénoménale pendant quelques heures de plus.

Il existe encore des bodybuilders qui craignent que jeûner leur fera perdre de la masse musculaire et qui prennent des protéines sous forme de BCAA (Acides aminés à chaîne ramifiée) pendant leur période de jeûne. Cela fait l’objet de beaucoup de débat dans le monde du bodybuilding : est-il raisonnable et nécessaire de prendre des BCAA pendant la période de jeûne ?

Les BCAA suscitent une réaction métabolique (comme toutes les protéines) ce qui signifie que les BCAA brisent la période de jeûne. Le corps convertit les protéines en glucose au moyen d’un processus connu sous le nom de « néoglycogenèse », lequel entraîne la production d’insuline (source).

Quand faut-il ne pas pratiquer le jeûne intermittent ?

Le jeûne intermittent ne convient pas :

  • Aux femmes enceintes
  • Aux femmes qui allaitent
  • Les femmes qui souhaitent tomber enceinte
  • Les femmes qui souffrent de stress chronique
  • Les femmes qui ont des antécédents de troubles du comportement alimentaire tels que l’anorexie mentale
  • Les consommateurs de médicaments hypoglycémiants
  • Les personnes hypoglycémiques
  • Si vous n’avez jamais suivi de régime alimentaire ou fait de sport

Le jeûne intermittent pendant la grossesse

alimentation grossesse

Il existe peu d’études sur les effets du jeûne intermittent pendant la grossesse.

Quand bien même les seules études existantes sont de petite taille et se contredisent parfois mutuellement, il semble préférable de ne pas pratiquer le jeûne intermittent au cours de la grossesse. Cela pourrait exposer le nourrisson à un faible poids de naissance.

Dans tous les cas, à moins que cela ne soit considéré nécessaire pour des raisons médicales, faire régime lors d’une grossesse n’est jamais une bonne idée.

Au fur et à mesure que la grossesse progresse, vos besoins caloriques vont augmenter. Vous en arriverez à devoir véritablement manger pour deux.

Le jeûne intermittent pendant l’allaitement

Bien manger allaitement

Pendant la période où vous allaitez votre bébé, votre corps a besoin d’environ 500 kcal de plus chaque jour, en plus de l’hydratation supplémentaire requise. Il n’est donc jamais indiqué de se mettre à manger moins quand on donne le sein.

Votre corps ayant alors besoin de calories supplémentaires, vous vous retrouveriez fatiguée et risqueriez de ne pas pouvoir fournir assez de lait.

Mon conseil est d’attendre la fin de l’allaitement et le passage au biberon pour vous mettre au régime. En attendant, vous pouvez vous attacher à vous alimenter sainement et en quantité suffisante et à faire assez d’exercice.

Jeûne intermittent et fécondité

Aucune recherche approfondie n’a été menée sur l’impact du jeûne intermittent sur la fécondité des femmes.

Il existe cependant des études qui ont examiné la fécondité des femmes lors de jeûnes extrêmes. Par exemple, on a mesuré la fécondité des femmes souffrant d’anorexie mentale ou victimes de périodes de famine historiques.

Un jeûne prolongé peut mener à des menstruations irrégulières ou à leur disparition. Bien entendu, il s’agit là de situations que l’on ne peut pas comparer à une forme légère de jeûne intermittent qui ne consiste qu’à sauter le petit-déjeuner.

Les études ne permettent pas d’établir si le jeûne intermittent affecte positivement ou négativement la fertilité. Il est donc préférable de ne pas pratiquer le jeûne intermittent si vous essayez de concevoir.

Les femmes qui souffrent de stress chronique

stress chronique travail

Une étude de petite envergure menée auprès de femmes a révélé une augmentation du taux de cortisol (une hormone de réponse au stress) lors d’un jeûne prolongé d’une durée de 72 heures (source).

Si vous souffrez de stress chronique (surmenage, burnout) vos taux de cortisol sont trop élevés. Dans ce cas, observer de longues périodes de jeûne n’est pas recommandé.

Les consommateurs de médicaments hypoglycémiants

médicaments hypoglycémiants

Beaucoup de personnes atteintes de diabète de type 2 se voient prescrire des médicaments hypoglycémiants. Si vous pratiquez le jeûne intermittent pendant la prise de ces médicaments, vous vous exposez sérieusement à une baisse trop importante de votre glycémie et à une hypoglycémie.

Si vous souffrez de diabète de type 2, ne pratiquez le jeûne intermittent qu’après avoir consulté votre médecin. Il vous félicitera de vouloir vous attaquer à vos kilos en trop et ajustera vos médicaments à la méthode de jeûne intermittent que vous voulez suivre et à votre emploi du temps.

Les personnes hypoglycémiques

Si votre glycémie est régulièrement trop basse, mieux vaut ne pas pratiquer le jeûne intermittent. Assurez-vous d’abord de réguler votre glycémie sur une période prolongée. Dans la plupart des cas, cela passera par la modification de votre régime alimentaire ou l’arrêt de certains médicaments (si possible).

Différences entre hommes et femmes

D’après mes recherches, il semble que les hommes et les femmes réagissent différemment au jeûne intermittent.

Cela peut s’expliquer par les effets du jeûne intermittent sur nos hormones et les différences hormonales entre les hommes et les femmes.

En règle générale, on peut dire que le jeûne intermittent est plus souvent efficace chez les hommes que les femmes. Cela ne signifie pas que le jeûne intermittent n’est pas fait pour les femmes. Certaines femmes ne jurent que par le jeûne intermittent.

Chaque individu est différent. Que vous soyez un homme ou une femme, la seule façon de savoir si le jeûne intermittent vous réussit est encore d’essayer.

Laissez un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués avec*